French

Zurab Rtveliashvili

La Prière

 

Permets-moi de filler les poumons par le vent,

fille mon regard d ‘énergie – je brulerai (créerai) des soleils,

Si le surface ne se verra pas,Je batirai le piedestal,

sur le marbre je fixerai l’otage d’acier .

 

Permets-moi de ne pas toucher le declin d’Europe –

la poussière captivante et insensé est loin,

Je fillerai mes grands poumons avec l’air d’haute tension

et pousserai vers le ciel mille cepelins, insouciant.

 

Permets-moi de mélanger du fer avec l’amour,

fille mon regard d’énergie – je créerai des solleils!

j’ouvrirai prudemment tes levres par langue, comme la fenetre,

Comme si je passe en siflant sur le chemin de fer !

 

Le sang va lire secretement sa propre alphabète,

le ciel se dispersera comme arc-en-ciel,

le nouvel et brillant testament s’approche,

Pour me toucher sur les aisles sa sceptre .

 

Ouvre le son, que des idéés lavent l’espace –

embrasse-moi comme tu embrasse les dieux de la lumière,

là où dance sans cesse Rama et Chiva,

Là, où il est né, dans un jour tout etait achevée.

 

Permets-moi de filler les poumons par le vent,

fille mon regard d ‘énergie – je brulerai (créerai) des soleils,

Si le surface ne se verra pas, Je batirai le piedestal,

sur le marbre je fixerai l’otage d’acier.

 

 

 

 

 

 

Copyright Zurab Rtveliashvili © All Rights Reserved